La formation

En quoi consiste la formation en alternance ?

0

La formation en alternance est en vogue. C’est un excellent moyen de conjuguer études et formation professionnelle pendant une durée allant de 1 à 5 ans. Le choix est maintenant très varié, en effet plus de 1300 formations sont proposées en alternance. Et il est désormais possible d’obtenir jusqu’à un niveau bac+5. Autant de raisons qui motivent les jeunes à se tourner vers ce type de formation.

 

On distingue deux formes de contrats d’alternance : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. L’élève en contrat d’apprentissage doit obligatoirement poursuivre sa formation théorique dans un CFA (Centre de Formation d’Apprentis). L’élève en contrat de professionnalisation quand à lui, se voit suivre sa formation théorique dans un organisme de formation voire dans l’entreprise qui l’emploie.

 

La difficulté pour les jeunes est de se retrouver propulsés dans le monde du travail. Ils ne sont plus de simples étudiants, mais aussi des salariés qui doivent justifier de 35h de travail par semaine. Ils n’ont ainsi plus que 5 semaines de congés par an. Ils doivent gérer leurs études et ce que cela implique : des devoirs, des révisions… et des semaines de travail souvent chargées.

 

Les diplômes obtenus en alternance sont principalement les BTS, DUT, licences pro, master pro, BEP, CAP, Bac pro… De la communication au management en passant par la banque ou la cuisine, les domaines sont très variés.

La formation en alternance, un atout pour l’insertion professionnelle

0

Aujourd’hui, de plus en plus d’élèves se tournent vers des études en alternance. Il existe désormais plus de 1300 formations de ce type. Cela va du niveau 4ème au niveau bac+5. La formation en alternance permet de conjuguer études et formation professionnelle. Les jeunes peuvent être embauchés en CDD voire en CDI et sont de véritables employés de l’entreprise.

 

Ce type de formation rencontre beaucoup de succès auprès des jeunes et des entreprises. A la fin de sa formation, le jeune a la possibilité de se faire embaucher par l’entreprise qui l’a formé. Si tel n’était pas le cas, il aura un plus par rapport aux autres étudiants : il a acquis plusieurs années d’expérience professionnelle alors même qu’il vient d’obtenir son diplôme.

 

L’insertion professionnelle d’un jeune en alternance est plutôt élevée. Selon les chiffres des services du haut commissaire à la jeunesse, le taux d’insertion dans l’emploi, 6 mois après fin du contrat, est de 60% pour l’apprentissage et de 75% pour le contrat de professionnalisation. Le contrat de professionnalisation a d’ailleurs été créé spécifiquement pour favoriser l’insertion et la réinsertion professionnelle. Autant de raisons de se tourner vers la formation en alternance…

Réussir sans le Bac

0

Désormais on pense que le bac est indispensable pour avoir une carrière prometteuse. C’est loin d’être le cas, il existe de nombreuses alternatives. Nous allons faire le tour des possibilités qui s’offrent aux étudiants n’ayant pas le bac.

 

  • Etudes Universitaires :

La capacité en droit : Cette formation sur deux ans permet :

– D’entrer en 1ère ou en 2ème année de licence de droit (en fonction des notes obtenues).

– D’intégrer un DUT carrières juridiques ou GEA.

– De devenir assistant juridique.

Le taux de réussite à l’examen est faible, il est de seulement 20%. Il ne faut pas se décourager.

Le DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires) : cette formation sur un an minimum permet d’accéder au niveau licence. Il existe deux possibilités : un DAEU A (littéraire) et un DAEU B (scientifique). Pour accéder au DAEU, il faut avoir interrompu ses études depuis au moins 2 ans et être âgé de plus de 24 ans. Il est possible d’intégrer cette formation à l’âge de 20 ans, cela dit il faut pouvoir justifier de deux années d’activité professionnelle.

 

  • BTS et DUT :

Il est possible d’intégrer un BTS ou un DUT dans certains établissements privés. Cela dit, les places sont chères, dans tous les sens du terme.

 

  • Ecoles privées :

De nombreuses écoles privées n’exigent pas le bac. Les secteurs sont variés : arts appliqués, commerce, tourisme, hôtellerie… Ces études sont généralement très coûteuses.

 

  • Fonction publique :

Les concours de la Fonction Publique de Catégorie C sont ouverts aux candidats n’ayant pas le bac. Il est possible d’exercer de nombreux métiers. Vous pouvez vous renseigner sur le site de la fonction publique.

 

Il est aussi possible de préparer les concours d’ambulancier, auxiliaire de puériculture, aide-soignant… Mais aussi de rejoindre une formation de secrétaire médicale.

Réorientation à la fin du 1er semestre de Licence

0

Se rendre compte que les études que l’on a choisies ne nous conviennent pas n’est pas rare ! Cela ne veut pas dire que l’année est perdue, il est envisageable de changer de filière à la fin du 1er semestre, entre décembre et janvier. Pratiquement toutes les universités proposent cette possibilité.

 

Comment ça se passe ?

Pour se réorienter en cours d’année, l’étudiant doit d’abord se présenter aux examens du 1er semestre. Il doit retirer un dossier à l’accueil de son établissement qu’il doit rendre avant une certaine date (renseignez-vous…). Ensuite, une commission pédagogique est en charge d’examiner son dossier et de valider ou non sa réorientation. Il est possible de changer de spécialité/parcours, de section voire même d’établissement.

 

Se renseigner, ne pas se précipiter

Avant toute chose, l’étudiant devra se renseigner sur les différentes orientations qui lui sont proposées. Voir ou revoir un conseiller d’orientation n’est peut-être pas négligeable. C’est une bonne chose de passer des tests pour savoir où on en est. Les envies et les attentes ont pu changer en quelques mois. Et puis il faut cerner les raisons pour lesquelles cela n’a pas fonctionné au 1er semestre, afin que cela ne se reproduise pas.

 

Les possibilités de réorientation

Il faut faire attention, selon les universités, les possibilités de réorientation diffèrent. Par exemple, un élève en licence d’anglais ne pourra pas forcément se réorienter en licence de droit. Certaines licences ne permettent même pas de changement en cours d’année. Renseignez-vous auprès de votre établissement.

Exemples : Université Toulouse 1 Capitole, Université Paris DiderotUniversité Lille 1.

Où se former lorsqu’on est atteint d’un handicap ?

0

Il existe aujourd’hui de nombreuses formations spécifiques pour les personnes handicapées. Voici un petit récapitulatif :

 

  • Il n’est pas rare de ne pas savoir quoi faire de sa vie ! Pour cela, les centres de pré-orientation peuvent vous aider à faire le point sur vos attentes et sur vos envies. Généralement ce sont des stages d’une durée de 8 à 12 semaines. Pour avoir accès à l’un de ces centres, il faut être reconnu travailleur handicapé et obtenir une décision d’orientation de la CDAPH. Malheureusement, les centres ne sont pas présents dans toutes les régions de la France.

Annuaire des centres de pré-orientation

 

  • Les centres de rééducation professionnelle eux, permettent à une personne handicapée de suivre une formation qualifiante tout en percevant un salaire. Cela se fait dans le but de réhabituer la personne à travailler. Le stage se déroule dans un centre médico-social. Pour accéder à un centre de rééducation professionnelle, il faut être reconnu travailleur handicapé ou être en situation d’invalidité suite à un accident du travail, à une maladie ou à une maladie professionnelle.

Annuaire de centres de rééducation professionnelle.

 

  • L’Ecole de Reconversion Professionnelle de l’Office National des Anciens Combattants propose des formations qualifiantes allant du CAP (niveau V) au BTS (niveau III). Ces formations durent généralement entre 21 et 27 mois. Il est possible de suivre une formation dans les domaines du paramédical, de la communication, de l’artisanat, de l’industrie, du tertiaire et de l’agriculture. Pour être admis dans une ERP, il faut être reconnu travailleur handicapé par la CDAPH, percevoir une pension d’invalidité et être dans une démarche de réadaptation professionnelle, après un accident du travail ou une maladie professionnelle reconnue par son assurance maladie.

Il existe au total 9 ERP en France.

 

 

Voici un petit aperçu des organismes qui peuvent vous aider dans votre recherche de formation. Bon courage !

 

Go to Top