La recherche d’emploi

Dans quelles circonstances la lettre de présentation doit-elle être envoyée ?

0

Cette lettre, qu’il ne faut pas confondre avec celle de prospection, est le complément indispensable du curriculum vitae. Elle est toujours jointe à celui-ci dont l’impact est en partie tributaire.

Etant indissociable du curriculum vitae, elle doit l’être quand l’envoi de celui-ci est nécessaire, c’est-à-dire:

  • si vous répondez à une petite annonce. La presque totalité exige son envoi.
  • si vous recevez des réponses consécutives au passage d’une demande d’emploi. Les sociétés vous demanderont de les contacter pour définir un rendez-vous. Mais l’envoi du C.V. sera nécessaire dans la majorité des cas si vous envoyez spontanément votre C.V. à une entreprise.

Nous pen­sons qu’il est préférable d’expédier une lettre de prospection dans un premier stade, le C. V. ne devant être envoyé que sur demande du recruteur.

Dans tous les cas, n’oubliez jamais que le but de tout premier contact, sous quelque forme que ce soit, est d’obtenir un entretien. C’est dans cette optique que vous devez choisir le support approprié (C.V. + lettre de pré­sentation OU lettre de prospection OU appel téléphonique) pour obtenir ce résultat.

Catégorie du CV : les objectifs

0

Ce dernier paragraphe est souvent omis dans les C.V. Il est néanmoins important. Certains candidats l’omettent volontairement car ils s’imaginent préserver leurs chances d’être sélectionnés si leurs objectifs ne correspondent pas exactement au poste offert. Ils oublient que cette rubrique doit être rédi­gée en fonction de l’offre d’emploi et qu’elle correspond parfaitement avec les éléments dont ils disposent sur la société, le poste et les possibilités de car­rière.

Il ne peut donc y avoir d’inadéquation si vous respectez cette règle. En outre, mettez-vous à la place d’un employeur prenant connaissance d’un C.V. et ignorant quels sont les désirs du candidat ou comment il envi­sage son avenir. Il pensera certainement avoir affaire à un individu instable, sans grandes motivations, cherchant à se «caser».

Il est indispensable que vous montriez un intérêt certain pour l’emploi que vous postulez.

La rédaction est délicate, car il faut définir en deux phrases au maximum :

  1. l’emploi que vous recherchez;
  2. le type de société dans laquelle vous désirez travailler;
  3. votre plan de carrière à moyen et long terme.

Les renseignements que vous obtiendrez sur la société vous serviront de base pour la rédaction du texte. Laissez apparaître que vous lui apportez quelque chose.

La progression indiquée doit se situer dans la moyenne, ni trop forte, ni trop faible. Faire preuve d’ambition démesurée est considéré comme un manque de réalisme. Les exemples qui suivent vous donneront quelques idées.

  1. Travailler dans une société de distribution alimentaire afin d’exploi­ter les connaissances acquises antérieurement dans ce domaine.
  2. Travailler dans une société de production d’articles textiles et lui faire bénéficier de ma formation d’ingénieur des méthodes.
  3. M’intégrer dans le service comptable d’une grande société afin de développer mes connaissances pour accéder au poste de chef comptable.
  4. Mettre mon expérience financière au service d’une banque d’affaires à un poste de responsabilités au sein du service «Gestion de fortunes»
  5. Apporter mon expérience au service «Relations sociales» d’une en­treprise de moyenne importance.
  6. Entrer dans une société de distribution de matériel de bureau dans laquelle mon expérience de directeur commercial me permettra d’accéder à un poste identique.

Evitez de changer de branche d’activité. Nous avons insisté sur l’enri­chissement professionnel de chaque emploi occupé. En changeant de spécia­lité et plus encore de domaine, vous perdez une partie de cet acquis.

Pas d’éclectisme dans vos choix. Cantonnez-vous dans des domaines limités. Ne mentionnez pas simultanément des fonctions nécessitant des compétences variées, cela manquerait de sérieux et de rigueur. Les employeurs n’aiment pas les dilettantes.

Avant d’expédier votre CV, faites-le lire par des personnes de votre entourage. Un regard objectif décèlera facilement les erreurs. N’oubliez pas qu’un tel document ne s’établit pas en quelques minutes mais nécessite de nombreuses retouches avant d’atteindre un semblant de per­fection. N’hésitez pas à le recommencer plusieurs fois en étudiant différentes présentations. Les points mis en exergue ne sont pas forcément les mêmes pour des destinataires différents. Il est nécessaire de fournir un travail de recherche dans chaque cas. C’est rébarbatif mais néanmoins indispensable.

Catégorie du CV : les loisirs

0

C’est dans cette rubrique que vous incorporez toutes les informations que vous n’avez pu mentionner par ailleurs. Elles doivent participer à la valorisation de votre candidature. Faites donc preuve de finesse dans votre choix.

Les loisirs

Ils sont importants car ils révèlent les besoins et tendances pro­fondes du candidat. Ainsi la pratique de sports d’équipe traduit aux yeux du recruteur les capacités d’intégration et le goût pour les contacts humains. Par contre, les sports individuels comme la marche ou la voile attirent les solitai­res et les indépendants. N’hésitez pas à inventer des pratiques sportives en accord avec les caractéristiques du candidat recherché.

N’oubliez pas les occupations plus intellectuelles comme la lecture, la photographie ou la participation à des associations (groupe d’astronomie, Jeunesse Musicale de France, etc … ). Évitez les indications politiques ou syndicales.

Les voyages et les séjours à l’étranger

Ils confirment vos connaissances lin­guistiques. Même si ces dernières n’ont pas une grande importance pour le recruteur, ils n’en révèlent pas moins votre curiosité et votre soif de connais­sances.

La taille et le poids

Vous pouvez les indiquer s’ils vous sont favorables et si le poste nécessite une certaine présentation. Dans le cas contraire, abstenez-vous, ce sont des détails superflus.

Les références

Les employeurs s’en méfient et ne leur accordent pas la moindre valeur puisqu’ils savent que les personnes citées le sont parce qu’elles sont disposées à donner de bons renseignements sur le candidat, même si ces derniers sont faux. N’en citez aucune.

Le recruteur préfère contacter directement vos anciens employeurs. Ce sont les plus habilités à lui donner des informations sur vous dans le contexte professionnel. Votre intérêt est de connaître avec précision ce qu’ils pensent de vous. Cela sera très instructif et vous évitera de vous trouver dans une position inconfortable si vos déclarations ne concordent pas avec celles qu’ils vont donner.

Faut-il indiquer vos prétentions ?

En règle générale, nous vous le décon­seillons. Abordez ce problème lors de l’entretien. Si vous répondez à une offre d’emploi demandant de les indiquer, faites preuve de prudence. Si elles sont trop importantes, votre candidature sera refusée sans autre forme de procès. Si elles sont trop faibles, il en sera de même car vous paraîtrez mal informé ou incompétent. Inspirez-vous des rémunérations moyennes appli­quées pour un poste similaire. Elles sont souvent précisées dans les offres d’emploi. Consultez éventuellement le numéro annuel de l’Expansion sur le salaire des cadres.

Pour ne pas prendre de risques, nous vous conseillons d’indiquer sim­plement votre niveau de rémunération actuel. Vous laissez la porte ouverte à toutes les propositions.

Catégorie du CV : l’expérience

0

Elle est essentielle. Elle regroupe toutes les activités professionnelles que vous avez accomplies, et, pour les jeunes, les stages, les jobs de vacances, les animations et les participations les plus variées que vous avez pu exercer. La matière première est beaucoup plus importante que vous ne le pensez. Encore une fois, faites appel au bilan élaboré antérieurement. Il est indispen­sable. Elargissez cette rubrique aux enrichissements dus à toute activité, qu’elle soit professionnelle au sens strict du terme ou non.

Pensez à l’exemple de l’étudiant qui avait décroché un poste d’attaché commercial grâce à une brève activité de vendeur d’abonnements pour un organisme universitaire. Il en est de même pour vous. Si vous êtes un jeune à la recherche de votre premier emploi, exploitez les stages et activités annexes. Hormis l’origine de ces indications, la démarche est sensiblement la même que pour un candidat possédant une expérience plus étendu. Etudions la présentation de cette rubrique :

  • L’entreprise. Le nom est en lettres capitales, suivi de la ville où elle est installée (entre parenthèses).
  • Indiquez son domaine d’activité, surtout si c’est le même que celui de la société que vous prospectez.
  • Si vous êtes encore en activité, nous vous conseillons de ne pas nommer votre employeur en indi­quant «Nom à la demande».
  • Si le recruteur se renseigne auprès de lui, il est certain que, maintenu dans l’ignorance de votre démarche, il donnera des informations défavorables dans le seul but de compromettre votre candida­ture. En outre, votre situation actuelle sera définitivement compromise. Alors méfiance ! Inutile de préciser l’adresse exacte et le numéro téléphonique.
  • Si vos responsabilités étaient importantes, mentionnez le chiffre d’affai­res de l’entreprise.

Vos fonctions. Reprenez les éléments du bilan professionnel.

  • Ne soyez pas présomptueux en vous attribuant des titres ronflants. Pas de responsable commercial si vous n’avez été qu’attaché. Si vous avez occupé plusieurs postes dans la même société, indiquez-les chronologique­ment en vous étendant sur les fonctions du dernier, le plus élevé.
  • Soyez précis et clair.
  • Précisez les responsabilités assumées en tenant compte du destinataire et de ses besoins. Si vous répondez à une petite annonce, inspirez-vous des ter­mes de cette dernière pour expliciter votre expérience. Vous collerez mieux aux besoins de la société. Faites apparaître que vous êtes non pas UN candi­dat parmi tant d’autres mais LE candidat recherché.
  • Attention aux trous dans vos antécédents. Ils vont amener le recruteur à se poser des questions auxquelles il sera nécessaire de répondre avec préci­sion. Si vous ne désirez pas mentionner un passage dans une entreprise:
  • soit parce que vous l’avez quittée en mauvais termes et que vous crai­gnez que cet employeur ne donne de mauvaises informations;
  • soit que vous désirez réduire le nombre d’emplois occupés pour éviter de passer pour un instable.  Vous avez plusieurs solutions:
  • indiquez franchement que c’était une période d’inactivité. Vous courrez le risque de passer pour un paresseux,
  • modifiez les dates d’entrée et de sortie dans les autres emplois. Cette tricherie risque d’être dévoilée en cas de vérification,
  • inventez un voyage, de préférence aux Etats-Unis qu’à Katmandou.

Donnez pour prétexte votre désir de vous perfectionner en anglais. Une telle affirmation est invérifiable et elle ne peut vous être préjudiciable.

Chiffrez vos réalisations et vos résultats sur le CV

Les employeurs ne sont pas des philanthropes et s’attachent avant tout à la rentabilité de l’investissement qu’est un J nouvel employé. Il faut que vous dégagiez de vos expériences une notion de profit. Pour cela, le seul moyen est de chiffrer votre activité. C’est plus facile que vous ne le pensez. Dans un premier temps, remplacez les adjectifs par des chiffres :

  • un chiffre d’affaires en hausse de 17 %
  • une flotte de XX véhicules
  • une rentabilité de 70%

Ce ne sont là que quelques exemples des domaines dans lesquels s’apprécient vos résultats. N’hésitez pas à vous attribuer le bénéfice d’une action si vous en êtes vous-même l’exécutant, cela sans qu’il y est une distor­sion trop grande entre vos responsabilités réelles et les actions que vous revendiquez.

Si vous avez déposé des brevets ou écrit des mémoires ou des articles dans des revues professionnelles, pourquoi ne pas l’indiquer?

Catégorie du CV : la formation

0

Cette rubrique suit habituellement celle consacrée à l’état-civil. Mais si votre formation a peu de poids par rapport à votre expérience professionnelle, décalez-la en troisième position. C’est souvent le cas pour les autodidactes parvenus à des postes élevés malgré une formation de base pratiquement inexistante.

L’importance de cette rubrique est inversement proportionnelle à celle consacrée à vos acquis professionnels. En ce qui concerne un jeune diplômé sans expérience, c’est sur sa formation que se structurera sa candidature. C’est maintenant que le bilan effectué auparavant prend toute sa valeur. Il révèle avec précision les éléments intéressants.

Vous n’avez aucune expérience :

C’est donc sur cette rubrique que doit porter vos efforts. Effacez totalement vos études primaires. Indiquez l’année d’obtention du baccalauréat (avec la mention obtenue si elle est équi­valente ou supérieure à «Bien») en omettant le nom et l’adresse du lycée. N’oubliez pas la section. Vous pouvez lire aussi notre article : cv sans expérience

Vous avez une expérience :

C’est cette dernière qui prime. Réduisez la rubrique «Formation» en n’indiquant que les points essentiels. Sauf si vous avez bénéficié d’un enseignement recherché ou si votre expérience laisse à désirer.

Quelques conseils pour améliorer votre CV :

  • Ne mentionnez pas l’adresse complète des établissements mais seulement la ville où ils se trouvent.
  • Evitez les sigles et abréviations. Tous ne sont pas compréhensibles.

Les langues :

Une bonne connaissance des langues étrangères est un facteur d’appréciation important. Si vous êtes polyglotte, exploitez cet atout en établissant une rubrique spéciale. Précisez le niveau de connaissance: écrit, lu, parlé. Si votre niveau est faible, indiquez néanmoins la langue sans en préciser le degré de connaissance.

Faut-il tout indiquer sur un CV ?

Heureux celui qui a l’embarras du choix. Mais attention: pas d’exhibitionnisme universitaire! Si vous pensez séduire votre lecteur en étalant tous les diplômes obtenus et les enseigne­ments suivis, vous commettez une grave erreur. Vous ne feriez que l’indispo­ser. Car il penserait que vous êtes un individu instable, reculant sans cesse le moment d’entrer dans la vie active. Cela si, bien sûr, les enseignements sui­vis témoignent d’incohérence et cheminent dans des voies différentes. Que penseriez-vous d’un candidat se vantant d’être diplômé de l’école des Beaux-arts après un passage d’une année en faculté de médecine et avant l’obtention d’une licence en droit ?

Ce parcours ne traduit pas des qualités d’éclectisme mais une absence de volonté liée à un caractère versatile.

Dans un tel cas, harmonisez vos indications en taisant celles sans intérêt pour le poste en question. Cette mutilation est douloureuse mais nécessaire.

Go to Top