Elle est essentielle. Elle regroupe toutes les activités professionnelles que vous avez accomplies, et, pour les jeunes, les stages, les jobs de vacances, les animations et les participations les plus variées que vous avez pu exercer. La matière première est beaucoup plus importante que vous ne le pensez. Encore une fois, faites appel au bilan élaboré antérieurement. Il est indispen­sable. Elargissez cette rubrique aux enrichissements dus à toute activité, qu’elle soit professionnelle au sens strict du terme ou non.

Pensez à l’exemple de l’étudiant qui avait décroché un poste d’attaché commercial grâce à une brève activité de vendeur d’abonnements pour un organisme universitaire. Il en est de même pour vous. Si vous êtes un jeune à la recherche de votre premier emploi, exploitez les stages et activités annexes. Hormis l’origine de ces indications, la démarche est sensiblement la même que pour un candidat possédant une expérience plus étendu. Etudions la présentation de cette rubrique :

  • L’entreprise. Le nom est en lettres capitales, suivi de la ville où elle est installée (entre parenthèses).
  • Indiquez son domaine d’activité, surtout si c’est le même que celui de la société que vous prospectez.
  • Si vous êtes encore en activité, nous vous conseillons de ne pas nommer votre employeur en indi­quant «Nom à la demande».
  • Si le recruteur se renseigne auprès de lui, il est certain que, maintenu dans l’ignorance de votre démarche, il donnera des informations défavorables dans le seul but de compromettre votre candida­ture. En outre, votre situation actuelle sera définitivement compromise. Alors méfiance ! Inutile de préciser l’adresse exacte et le numéro téléphonique.
  • Si vos responsabilités étaient importantes, mentionnez le chiffre d’affai­res de l’entreprise.

Vos fonctions. Reprenez les éléments du bilan professionnel.

  • Ne soyez pas présomptueux en vous attribuant des titres ronflants. Pas de responsable commercial si vous n’avez été qu’attaché. Si vous avez occupé plusieurs postes dans la même société, indiquez-les chronologique­ment en vous étendant sur les fonctions du dernier, le plus élevé.
  • Soyez précis et clair.
  • Précisez les responsabilités assumées en tenant compte du destinataire et de ses besoins. Si vous répondez à une petite annonce, inspirez-vous des ter­mes de cette dernière pour expliciter votre expérience. Vous collerez mieux aux besoins de la société. Faites apparaître que vous êtes non pas UN candi­dat parmi tant d’autres mais LE candidat recherché.
  • Attention aux trous dans vos antécédents. Ils vont amener le recruteur à se poser des questions auxquelles il sera nécessaire de répondre avec préci­sion. Si vous ne désirez pas mentionner un passage dans une entreprise:
  • soit parce que vous l’avez quittée en mauvais termes et que vous crai­gnez que cet employeur ne donne de mauvaises informations;
  • soit que vous désirez réduire le nombre d’emplois occupés pour éviter de passer pour un instable.  Vous avez plusieurs solutions:
  • indiquez franchement que c’était une période d’inactivité. Vous courrez le risque de passer pour un paresseux,
  • modifiez les dates d’entrée et de sortie dans les autres emplois. Cette tricherie risque d’être dévoilée en cas de vérification,
  • inventez un voyage, de préférence aux Etats-Unis qu’à Katmandou.

Donnez pour prétexte votre désir de vous perfectionner en anglais. Une telle affirmation est invérifiable et elle ne peut vous être préjudiciable.

Chiffrez vos réalisations et vos résultats sur le CV

Les employeurs ne sont pas des philanthropes et s’attachent avant tout à la rentabilité de l’investissement qu’est un J nouvel employé. Il faut que vous dégagiez de vos expériences une notion de profit. Pour cela, le seul moyen est de chiffrer votre activité. C’est plus facile que vous ne le pensez. Dans un premier temps, remplacez les adjectifs par des chiffres :

  • un chiffre d’affaires en hausse de 17 %
  • une flotte de XX véhicules
  • une rentabilité de 70%

Ce ne sont là que quelques exemples des domaines dans lesquels s’apprécient vos résultats. N’hésitez pas à vous attribuer le bénéfice d’une action si vous en êtes vous-même l’exécutant, cela sans qu’il y est une distor­sion trop grande entre vos responsabilités réelles et les actions que vous revendiquez.

Si vous avez déposé des brevets ou écrit des mémoires ou des articles dans des revues professionnelles, pourquoi ne pas l’indiquer?