Indiquez dès le début pour quelles raisons vous expédiez votre candida­ture. Trois cas peuvent se présenter:

Vous répondez à une offre d’emploi.

  • «Intéressé par l’annonce parue dans le numéro du journal «Le Monde» du 15 mai … »
  • «L’annonce parue sur le site internet «XXX» du 15 mai ayant éveillé mon atten­tion … ».

Cette formule manque totalement d’originalité et il est préférable de n’indiquer ces renseignements que dans un second paragraphe. Éveillez l’inté­rêt du lecteur en répondant d’entrée à un des points de l’annonce.

Par exem­ple, si celle-ci concerne un attaché commercial expérimenté, introduisez votre lettre ainsi :

«Attaché commercial dans une entreprise de cosmétologie, j’ai aug­menté le chiffre d’affaires de mon secteur de 55 % en deux ans. Dans l’annonce parue dans «Le Monde» du 15 mai, vous recherchez un représentant possédant une expérience réussie dans la vente».

Vous avez fait paraître une demande d’emploi et vous répondez aux sociétés intéressées.

Seule l’introduction est différente.

«Je vous remercie d’avoir voulu répondre à l’annonce que j’avais faite paraître dans le numéro de «France-Soir» du 13juin…».

Vous contactez spontanément des sociétés.

Dans ce cas envoyez une simple lettre de prospection sans C. V. Si vous préférez le joindre, l’introduction est établie en fonction des circonstances.

Vous êtes recommandé par une relation.

«Monsieur XXXX, Directeur de l’Institut de Formation XXXX, m’a conseillé de prendre contact avec vous. J’aimerais beaucoup mettre mon expérience professionnelle au service d’une société dynamique comme la vôtre».

Vous jouez sur l’image de marque de la société.

«La société que vous représentez occupe dans son domaine une position particulièrement enviable et ses résultats ont toujours soulevé une certaine admiration de ma part. Je dois avouer mon intérêt de faire partie de vos collaborateurs».

Vous saisissez un prétexte quelconque.

«Un article consacré à votre société dans le dernier numéro de «L’EXPANSION» a soulevé mon intérêt. Le développement de votre sec­teur «matériel d’équipement» exige la collaboration d’attachés commerciaux possédant une expérience professionnelle dans ce domaine».

Ou vous mettez en évidence votre formation ou votre expérience. «L’expérience que j’ai acquise dans la vente de plans d’investissement aux particuliers et les résultats obtenus ne peuvent qu’intéresser la société que vous dirigez».

Les suites de la lettre de présentation

Elle éveille l’intérêt du recruteur

Vous choisissez un ou deux éléments percutants de votre expérience, ou formation si vous n’avez pas travaillé, et vous les mettez en exergue. Si vous répondez à une offre d’emploi, aucun problème ne se pose. Reprenez les ter­mes de celle-ci à votre profit.

«Les connaissances du marché de la Haute-Fidélité et des problèmes de distribution m’ont permis de développer les ventes d’une grande société de 39 % en 4 ans. Votre domaine d’activité étant identique, je pense que mes compétences ne peuvent que vous être bénéfiques».

Dans les autres cas, axez votre argument en fonction des besoins ou des problèmes du destinataire et des solutions que vous pouvez apporter.

Elle incite le lecteur à lire votre CV.

Nous avons dit que la lettre de présentation ne sert qu’à promouvoir le C. V. Poussez le lecteur à en prendre connaissance.

«Le curriculum vitae ci-joint vous donnera toutes les informations nécessaires».

«Un regard sur le curriculum vitae ci-joint vous permettra de mieux éva­luer mes compétences».

«Je me tiens à votre disposition pour vous donner toutes les informa­tions complémentaires au curriculum vitae ci-joint».

La lettre de présentation impose un entretien

La proposition de rendez-vous clôt la lettre.

Faites preuve de délicatesse en évitant une suggestion trop brusque du genre:

  • «Je pense qu’il serait préférable de convenir d’un rendez-vous au cours duquel je pourrais vous fournir de plus amples renseignements».
  • «Je me permettrai de vous téléphoner dans quelques jours afin d’amé­nager un rendez-vous».

N’oubliez pas que vous êtes dans une position de solliciteur et que la décision appartient à l’employeur. Ce dernier n’appréciera pas que vous con­sidériez ainsi la partie gagnée d’avance. En outre, il aura le sentiment d’être l’objet de pressions trop appuyées de votre part.

Utilisez une formule plus neutre et moins insistante :

  • «Je me tiens à votre disposition pour vous communiquer toutes les informations complémentaires que vous seriez susceptible de me demander»
  • «Je serais heureux de vous fournir de vive voix de plus amples rensei­gnements et je me tiens à votre disposition pour un entretien plus appro­fondi».

Évitez les formules serviles qui vous placent en état d’infériorité vis-à-vis du recruteur.

  • «J’ose espérer que mon expérience»
  • «Je sollicite votre bienveillance pour»
  • «J’ai l’honneur de vous prier de … »

La formule de politesse habituelle clôt la lettre.

  • «Je vous prie de croire, Messieurs, à l’expression de mes sentiments res­pectueux»
  • «Je vous prie d’agréer, Messieurs, l’assurance de mes sentiments dévoués»