Définition du métier de Traducteur-Interprète

Le traducteur-interprète maîtrise parfaitement les langues étrangères. En règle générale il parle sa langue maternelle, et deux autres langues.

Les différents types de traducteurs :

  • Le traducteur technique peut travailler dans différents secteurs : juridique, médical, multimédia, télécommunications et électronique.
  • Le traducteur littéraire lui travaille dans l’édition. Il traduit des romans, des textes, de leur langue dans une autre.
  • Le traducteur judiciaire travaille en collaboration avec la justice.

L’interprète traduit un discours oral d’une langue (ex : Anglais) dans une autre (ex : Espagnol).

 

Formation du métier de Traducteur-Interprète

Deux écoles accessibles à bac+2 bac+3 : ESIT (Sorbonne) et ISIT (Institut catholique de Paris).

Ecoles universitaires : Institut britannique de Paris, Ecole supérieure de traduction (Lyon), Institut de traducteurs et de relations internationales (Strasbourg).

De nombreux masters professionnels de traduction existent, à Paris, Orléans, Toulouse, Lyon 2 et Lilles 3.

 

Qualités requises pour devenir Traducteur-Interprète

Un bon traducteur-interprète a une maîtrise parfaite des langues et de leur culture. Il doit être extrêmement curieux.

 

Difficultés ou inconvénients du métier de Traducteur-Interprète

Le traducteur-interprète sait gérer son stress. Il sait par ailleurs s’adapter à toutes les situations.

 

Perspective d’évolution du Traducteur-Interprète

Il n’existe pas d’évolution en soi, mais l’interprète peut étendre ses domaines de compétences. Il peut faire de la relecture grammaticale et orthographique ou de l’interprétation de conférences…

 

Salaire moyen du Traducteur-Interprète

Indépendant : le feuillet de 1500 signes est payé entre 30 et 80€

Fonction publique : il peut gagner entre 1500 € (junior) et 3500 € (senior) par mois.